Comment dire non à la flemme et dessiner plus en 2024 ! [ Dessin Manga]

 On attaque cette nouvelle année et on est tous rempli de nouvelles résolutions. Et quand on pratique le dessin manga, la plus commune étant : DESSINER PLUS.📝
 
J’en parle d’en mon précédent article “Pourquoi je ne progresse pas en dessin“, une des raisons vient du manque de pratique, tout simplement.
 
 C’est pour ça qu’avec mon expérience, j’ai trouvé une trouvé 7 astuces pour plus dessiner en 2024.📈

Sommaire

1. Donner un objectif précis à votre but

2. Soyez conscient de vos objectifs

3. Développer une routine : les atouts

4. Se mettre un timer

5. Combattre le syndrome de la page blanche

6. Varier entre apprentissage et plaisir

7. La peur de l'échec

1. Donner un objectif précis à votre but

Se donner un objectif trop abstrait, pas assez précis, comme “savoir dessiner le corps” ou “dessiner des illustrations facilement“, c’est très handicapant. Surtout pour notre cerveau, puisqu’il n’y pas de réel façon de savoir si on a atteint l’objectif.

Donc on n’est jamais satisfait.

Donnez-vous plusieurs objectifs tout au long de l’année avec des consignes précises.Et vous pouvez varier petits objectifs pour aller vers cet objectif plus abstrait.

Avec cette méthode, vous allez avoir la sensation d’avancer vers ce que vous voulez faire puisque vous allez vraiment atteindre ces petits objectifs. Et pour votre moral, atteindre des objectifs fixés et voir l’évolution de votre dessin est le plus grand boost pour votre motivation. 💪

2. Soyez conscient de vos objectifs

C’est pour ça que l’on vient aux deuxième point : soyez conscient de vos objectifs et de vos capacités. Se fixer des objectifs trop haut, donc trop dur à atteindre, est très courant , et c’est la plupart du temps très démoralisant…
 
 
Comme par exemple, savoir les jambes en 1 semaine alors que vous débutez à peine et que vous y consacrez 20 minutes par jour. Vous n’allez pas y arriver, et c’est normal, mais cela va vous démoraliser.😔
 
 A l’inverse, si vos objectifs sont trop simples et que vous les atteignez trop facilement, vous allez vite perdre intérêt à continuer parce que vous n’aurez plus cette satisfaction.

Il faut être donc conscient de la réalisation de vos objectifs. Mais aussi du temps que vous allez pouvoir consacrer au dessin.

Quand on est au collège ou même parent, ou que l’on a un travail, nous n’avons pas tous la même chance de pouvoir dessiner le temps qu’on veut. Si vous pouvez dessiner que le weekend, alors les objectifs que vous vous fixez doivent prendre en compte ça.

Conclusion : il faut être conscient du temps que vous pouvez investir, de votre niveau actuel, de votre envie, avant d’établir des objectifs qui risquent d’être trop haut ou trop bas.

3. Développer une routine : les atouts

Vous pouvez développer une routine pour dessiner le plus souvent possible.
 

Si vous établissez une routine de 30 minutes par jour, vous allez mieux pouvoir définir vos objectifs en dessin en fonction de ça. En 30 minutes par jour, vous pouvez apprendre à être à l’aise pour dessiner les cheveux en 1 mois par exemple.

D’ailleurs, un point positif de la routine est la mémoire musculaire. Dessiner tous les jours, votre corps s’en rappelle. Et le jour suivant, il est bien plus facile de vous mettre au dessin. Que ce soit les muscles de votre main, des bras, mais aussi votre cerveau.
 
Plus vous allez vous forcer à dessiner dans un intervalle régulier, (tous les jours, les semaines etc), plus ça sera un automatisme et vous n’aurez plus besoin de vous pousser à le faire.

4. Se mettre un timer

– “Mais je passe déjà 30 min par jour, pourtant je ne progresse pas parce que je reste toujours bloqué sur le même dessin…”
 
– C’est là où se mettre un timer ⏱️pour chaque dessin est une très bonne idée !
 
Nous sommes beaucoup à rester bloqué sur un dessin, ou sur quelque chose avec cette impression que ça ne va pas. On reste dessus, on gomme, on corrige, on re-dessine mais cette sensation persiste encore. Non seulement on n’est pas fier, mais on a aussi l’impression d’avoir perdu du temps…⌛

En dessin, il faut absolument passer à autre chose. Vous ne pouvez pas rester bloquer sur un même dessin. 

Se mettre un timer vous oblige à passer à un autre dessin. Apprendre d’autres éléments importants ou retravailler ce sur quoi vous galérez.

5. Combattre le syndrome de la page blanche

Alors c’est bien d’avoir un timeur, une routine mais comment on fait quand on ne sait pas quoi dessiner ? Le fameux syndrome de la page blanche.
 
Pour ça je vous conseille d’utiliser des références.
 
Vous cherchez sur Pinterest, Instagram… Il y a plein de croquis, de dessins divers pour vous entraîner à reproduire. Ce qu’il y a de génial avec Pinterest, c’est le nombre d’images à but éducatif ou juste de références. Avec tout ça, vous allez forcément trouver ce qu’il vous faut.
Sinon, j’ai créé un livre : 300 Références Manga.
Comme son nom l’indique, il a plus de 300 références manga comme le visage, les cheveux, plein d’exemples sur l’anatomie, comme des poses assises ou en action, les vêtements et plein d’autres.
 
Donc si vous avez la flemme de toujours chercher sur Internet, je vous invite à vous procurer le livre sur Amazon.

6. Varier entre apprentissage et plaisir du dessin manga

Il est important de pas toujours dessiner pour apprendre. Mais aussi pour le fun. Faire toujours dans l’apprentissage, entrainement, ça revient à faire des devoirs…
 
La plupart de ceux qui abandonnent avait une réelle envie de progresser, mais ce sont laisser bouffer par les cours, l’apprentissage, le fait de travailler, travailler en boucle.
 
Donc le plus important est de varier. C’est un équilibre que beaucoup de jeunes dessinateurs non pas, et après, ils perdent l’intérêt de dessiner. Varier aussi ce que vous apprenez. Si vous vous butez toujours sur la même chose, ça va être très redondant.

Personnellement, j’aurais pété un câble si j’avais du dessiner que des mains 👌pendant deux mois… A l’inverse, je dessinais des mains pour m’entrainer, et en annexe, je traçais des poses où la main était mise en avant pour m’obliger à la dessiner. Cela me permettait de faire des personnages, et pas que des mains.

7. La peur de l'échec

Mais ce qui fait qu’on ne dessine pas tous les jours, qu’on repousse le moment, que l’on a pas envie, c’est la peur de l’échec.
 
Il n’y a pas d’échec en dessin.
 

Tout ce que vous allez faire va vous servir pour plus tard. Il ne faut pas avoir peur de mal faire quelque chose, parce que non seulement vous ne pourrez pas évoluer si vous ne vous y confrontez pas, et en plus, c’est normal que rien ne soit parfait au début !

J’en parle dans mon précédent article 10 idées reçues en dessin manga, votre brouillon sera forcément brouillon. Dans l’inconscient de beaucoup de monde, voir leur dessiner imparfait dès les premiers traits les bloquent, et même les dépriment.

Et pour ça, il faut arrêter de se comparer aux autres. Les réseaux sociaux ne vous montrent pas la réalité du monde du dessin. Ils ne montrent pas les heures de dessin en dehors des vidéos, ou encore des montages utilisés.

Donc arrêtons d’être effrayer d’échouer ou de rater un dessin, prenez votre crayon, dessinez, et oubliez tout à part le plaisir de ce que vous faites.

A propos de Mélissa Berger

Connue sous le pseudonyme Shoko-sensei, je suis la fondatrice de Cours de Manga. Passionnée par les manga et le dessin, j’ai mis toutes mes connaissances dans mes cours/ tutos en Dessin Manga pour débutant.